The Rocker's Place

Bienvenue sur The Rocker's Place... Rock on !!
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 État de l'industrie du disque US en 2010

Aller en bas 
AuteurMessage
Biscuit Mou
Parrain du Nu Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3634
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: État de l'industrie du disque US en 2010   Lun 10 Jan - 3:20

L'état du disque US... A chuté en 2010 .


Les ventes de disques aux States ont chuté de 20 % et les ventes de musique en général ont chuté de 12,8 % par rapport à 2009 .
En tout , 326 millions de Cds ont été vendus cet année , soit le pire total depuis 1991 .
13 albums ont vu la couleur du platine (1 million d'albums) alors que 22 ont été certifiés en 2009 et parmi les 13 albums de platine en 2010, seulement 4 ont été vendus à plus de 2 millions d'exemplaires. .

Recovery (Eminem) est l'album de l'année , écoulé à 3,4 millions de copie .


Alors ? Vos avis ? Est-il préférable qu'il chute ou est-ce mauvais ? Le marché dégringole à cause du DL ou est-ce à cause d'une médiocrité artistique ? Les artistes Américains sont-il coupables ?


Balancez les avis Smile


Vous pouvez retrouver l'article Ici mais il est en Anglais .

_________________
Frozen_Van Damme a écrit:
Ma journée a été la peine d'être vécue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/Biscuit-Mou
Spoon
Metaconscience Intemporelle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7008
Age : 28
Localisation : Groenland
Artiste/Groupe préféré :
Benighted
Burning Skies
Le Noyau Dur
Architectural Demise
Ironhand


Style de musique :
Industrial Metal
Aggrotech
Splittercore
...


Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Lun 10 Jan - 16:13

La médiocrité n'a rien à voir quand tu vois ce que vendent Jonas Bro., BBBrunes, Justin Bieber et Cie.
C'est seulement à cause du dl mais sauf que les commerçants ne voient... enfin ne veulent pas voir le véritable problème car c'est essentiellement à cause d'eux si on télécharge. A 20€ le CD 'faut pas déconner. Un album coute 8€ et un musicien en autoprod le vend 10€. Sous label, il ne touche que quelques centimes le reste allant à l'entreprise (qui s'empoche moins que vous ne croyez), le commerçant va le revendre le double du prix et se faire une plus-value monstre. Sachant qu'une bonne partie des consommateurs est comprise dans la tranche 12-25 ans ils n'ont pas forcément les moyens de les acheter et comme papa-maman n'écoute pas forcément la même musique et voudrait tant que ses rejetons se concentrent sur leurs études, beh ça va être le traditionnel "tu le veux tu te le payes" et donc "autant le dl c'est gratuit".
Idem pour les plateformes payantes iTunes et autres vu qu'il faut une carte bancaire et que les parents n'ont pas confiance aux paiements par internet (bien que le prix soit plus faible vu que l'intermédiaire du commerçant est en moins). Les CDs sont donc plutôt réservés à un public majeur avec un minimum de ressources.

_________________

^ Clique sur la bannière ^
Citation :
Je suis choqué. [...] Ça ressemble à du Justin Bieber mélangé à du High School Musical mixé par David Guetta.... Interprété par la Star Ac'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/Spoon071
grandpa
Adepte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 866
Age : 29
Localisation : Lille
Date d'inscription : 18/06/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Lun 10 Jan - 16:28

Ce genre "d'étude" est complètement caduque quand on s'intéresse aux sources. Ça ne prend en compte que les énormes labels qui produisent des artistes, dans la majeur partie des cas, pour augmenter leur profit.
Je suis sûr que la même étude avec les labels indépendants montrerait une tendance, peut être pas inverse, mais en tout cas bien différente. Y'a qu'a se rendre compte de l'explosion du disque vinyles depuis quelques années et du retour en force du tape trading pour s'en convaincre. Des boîtes comme Music For Satan sont dans une période vraiment prospère.
Dans le même ordre d'idée, j'ai une connaissance qui tient un petit label/distro depuis plus de 10ans. Et, même s'il connait des périodes creuses, globalement les commandes restent constantes... et auraient même augmenté depuis la création de sa structure (grâce au développement d'internet notamment).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/Unholy_Cult
OlisDead
Gourou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2699
Age : 33
Localisation : Herve (Liège)
Artiste/Groupe préféré : Thrice, City And Colour, Protest the Hero, Coheed And Cambria, It Prevails, Finch, Strata, The Dillinger Escape Plan, Atreyu, A Day To Remember, Converge, As I Lay Dying, The Black Dahlia Murder, etc.
Style de musique : tout
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mar 11 Jan - 22:25

Spoon a écrit:
C'est seulement à cause du dl mais sauf que les commerçants ne voient... enfin ne veulent pas voir le véritable problème car c'est essentiellement à cause d'eux si on télécharge. A 20€ le CD 'faut pas déconner.

Exactement. Si je devais acheter tout les cds que j'ai téléchargé, je pourrais vendre un rein direct. J'ai déjà acheté des albums de groupes aux concerts à genre 5€ alors qu'ils sont en vente en magasin à 20€.
Si au moins ils revoyaient leurs prix, ça arrangerait déjà un peu l'affaire. J'achète toujours les cds des groupes que j'adore mais jamais en magasin, j'attends tjs d'aller les voir en concert parce que ce sera moins cher et que je préfère filer l'argent au groupe directement.

Mais bon, faut être réaliste, même en baissant les prix, on ne peut pas lutter contre la gratuité, les gens téléchargeront toujours autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/shortontimeband
Biscuit Mou
Parrain du Nu Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3634
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mar 11 Jan - 23:45

Je rajoute un commentaire de Corey Tailor sur le DL illégal :



Citation :

Beaucoup de monde dans l'industrie veut blâmer le téléchargement , mais je pense que si la plupart des musiques n'étaient pas de la merde (à 98 %) les gens ne téléchargeraient gratuitement .





Moi personnellement je suis aussi pour le DL , je suis un très grand partisan du DL mais j'ai aussi une collection de CD assez impressionnante , sans le DL il n'y aurait pas autant d'artiste car c'est avec lui qu'il ce font connaitre , on DL , on aime ou on aime pas , on achète ou on achète pas .
Après en effet , faut avoir les moyens ^^

_________________
Frozen_Van Damme a écrit:
Ma journée a été la peine d'être vécue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/Biscuit-Mou
Franz
Salope du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3899
Age : 29
Localisation : Nord, près de Lille
Style de musique : Anathema/ Johnny Cash/ Belphegor/ Behemoth/ Gris/ Alcest/ Immortal/ Totalselfhatred/ Demonical/ Desiderii Marginis/ Amesoeurs/ Peste Noire/ Dissection/ Agalloch/ Shining/ Summoning/ Silencer/ Ahab/ADX/ Clint Mansell/ Darkthrone/ Artesia/ Purulent Excretor/ Xasthur/ Finntroll/ The Black Angels/ Sunn O)))/ Rompeprop/ Devourment/ Dornenreich/ Excruciate 666/ Hats Barn/ Dark Managarm
Date d'inscription : 15/04/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mer 12 Jan - 0:14

Ahem, venant de corey taylor c'est plutot drole, étant donné que la moitié de sa carrière est un peu de la merde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Franz.Metal
Biscuit Mou
Parrain du Nu Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3634
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mer 12 Jan - 0:21

Nan mais ça c'est le Taylor style ! Balancer des trucs sans fondement contre les autres groupes ... Il a construit sa carrière sur ce genre de propos donc bon... Toujours est-il que son raisonnement n'est pas faux , le DL est utile .

_________________
Frozen_Van Damme a écrit:
Ma journée a été la peine d'être vécue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/Biscuit-Mou
B-Max
Administrateur tyrannique & esclave de Ren'
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54967
Age : 28
Localisation : Templeuve
Artiste/Groupe préféré : Alter Bridge, SepticFlesh, Rob Zombie, Valient Thorr, Alice Cooper, Motörhead, Opeth, Carach Angren, Alestorm, Kamelot, The Cumshots, Mononc' Serge, BugGiRL, etc.
Style de musique : Metal, Hard Rock, et plein d'autres choses.
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Ven 14 Jan - 16:38

Biscuit Mou a écrit:
Moi personnellement je suis aussi pour le DL , je suis un très grand partisan du DL mais j'ai aussi une collection de CD assez impressionnante , sans le DL il n'y aurait pas autant d'artiste car c'est avec lui qu'il ce font connaitre , on DL , on aime ou on aime pas , on achète ou on achète pas .
Après en effet , faut avoir les moyens ^^
Plus ou moins pareil pour bibi !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ValientThorr89
Biscuit Mou
Parrain du Nu Metal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3634
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mar 15 Fév - 2:31

Citation :
Deezer, Spotify, YouTube et les autres... m’ont tué
par Romain Germa (1)




Le Midem a fermé ses portes, et avec lui s’est éloigné l’exposé annuel sur le marché de la musique. Pour le plus grand plaisir de ceux qui vociféraient il y a dix ans contre les méchantes « majors », la fête est finie chez tous les producteurs de disques. On est loin des fêtes aux éléphants avec Eddie Barclay ! En quelque dix années, les ventes de disques ont baissé d’environ 70%, celles du monde numérique ne représentent que quelque 15% des ventes physiques. C’est dire que la révolution numérique n’est pas une alternative réelle pour produire de la musique. Car c’est quand même de cela qu’il s’agit. N’en déplaise aux fossoyeurs des producteurs, cette triste nouvelle se partage surtout avec les artistes et les musiciens.

Nous fermons, avec regret, le petit label que nous avons mis neuf ans à construire. Plus de soixante-dix disques sortis, des concerts, des tournées, des diffusions radios (un soutien sans faille de Radio France et Radio Nova), des articles, ont valu à nombre de nos artistes (2) une renommée méritée auprès des amateurs de musique. Nous avons « créé une marque » comme on nous le dit, un « label », synonyme de sérieux et d’enthousiasme, dans une esthétique de « Musiques du monde ». Aujourd’hui, ni ce catalogue d’enregistrements ni cette marque n’ont de valeur. Nous avons cherché à « nous vendre » pour continuer, nous, indépendants depuis le début. Malheureusement, selon les lois du marché, cette musique ne vaut rien, ce travail non plus, son avenir encore moins. La musique doit être consommée tout de suite, comme une pizza. Signe des temps, toutes les maisons de disques rêvent d’associer une marque à la sortie d’un album. Faire payer la pub, vu que l’on n’espère plus grand-chose de celui pour laquelle on la joue et l’enregistre : le public.

Comment pourtant blâmer ce public ? Il écoute de plus en plus de musique ! Il ne la paie pas, c’est tout. S’en prendre à Internet, cette machine à faire du gratuit avec tout ? Non, les évolutions techniques font bouger les industries, les modes de consommation, les plaisirs. Les choses avancent, heureusement. Le CD a (presque) fait disparaître le vinyle, faut-il le regretter ? La tendance est à l’écoute tout le temps, partout. Ecologique oui ! Plus de fabrication de plastique, pas de déplacement au magasin de disques, un bon bilan carbone et une écoute possible sans limite.

Mais alors, qu’est-ce qui cloche ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à faire vivre artistes, producteurs et intermédiaires ? Deezer, Spotify, YouTube et les autres sont-ils vraiment les nouveaux vecteurs d’un accès enfin illimité à la musique, comme l’était un temps « Philips, l’inventeur du compact disque » ? Le problème, c’est qu’eux non plus ne paient pas la musique. Ils ne la font pas et ils ne la paient pas. Ou ils la paient selon un modèle qui les arrange. 100 000 écoutes rapporteraient dans les 150 euros, à partager royalement entre producteur et artiste. Quel artiste, quel producteur, peut applaudir à ce calcul ? La vérité, c’est que par un tour de magie qui n’a pris que quelques années, la musique enregistrée a perdu toute sa valeur.

Comment les maisons de disques, via leurs organismes professionnels, ont-elles pu signer des accords sur une base pareille ? Sommes-nous à ce point prêts à mendier notre travail et notre avenir ? Dois-je me réjouir que les 500 000 nouveaux abonnés de téléphone Orange-Deezer puissent écouter gratuitement (ou presque) nos productions passées et futures ? Fallait-il vraiment tester si vite ce « nouveau modèle » ? Un modèle qui diffuse gratuitement, mais qui ne permet pas de produire. A vouloir aller trop vite, on oublie l’essentiel…

En attendant de savoir si ce modèle fonctionnera un jour, de nombreux projets d’albums resteront dans les cartons. On a dû oublier de dire qui sont les producteurs dans toute cette histoire. La très grande majorité d’entre eux (malheureusement pas la plus visible) est composée de vrais passionnés qui mettent leur énergie au service de la création artistique et de sa transmission. Ils trouvent des moyens et prennent des risques pour que cette passion se partage avec le plus grand nombre.

Produire un album est un processus long et la musique a un coût. Une émotion enregistrée, vécue, transmise, voici ce qu’est souvent la musique. Pour ramener d’Afrique, de Jamaïque ou d’ailleurs l’enregistrement d’un groupe, il faut bien financer l’aventure. En faisant le pari d’être payé en retour. Si le paiement est de quelques centimes sur Deezer, ce voyage ne se fera plus.

Ainsi que devons-nous espérer ? Des mécènes ? Et pourquoi pas la charité ? Signe des temps, la couverture du magazine professionnel Musique Info Hebdo, a été achetée par une start-up d’un nouveau concept : redonnez de l’argent aux artistes que vous aimez (mais que vous écoutez sans payer). Une sorte de compensation CO2 volontaire…

Ce n’est donc pas seulement Deezer qui nous a tués. L’affaire est plus compliquée. Puisque l’on peut encore envoyer ses vœux, les miens s’adressent à ceux qui continuent à se battre pour la production musicale dans ces conditions risquées. La traversée finira bien par nous ramener sur la terre ferme !




(1) Romain Germa est le cofondateur du label Makasound
(2) Winston et Matthew McAnuff, Java, Victor Démé, Inna de Yard, Jaqee, R. Wan, la Caravane passe, Clinton Fearon…


Paru dans Libération du 09/02/2011



Je vous invite à voir l'article de plus près.

_________________
Frozen_Van Damme a écrit:
Ma journée a été la peine d'être vécue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lastfm.fr/user/Biscuit-Mou
Spoon
Metaconscience Intemporelle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7008
Age : 28
Localisation : Groenland
Artiste/Groupe préféré :
Benighted
Burning Skies
Le Noyau Dur
Architectural Demise
Ironhand


Style de musique :
Industrial Metal
Aggrotech
Splittercore
...


Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mar 15 Fév - 15:59

70 CD en 9 ans... 'faut pas s'étonner s'ils ont fait faillite Laughing

_________________

^ Clique sur la bannière ^
Citation :
Je suis choqué. [...] Ça ressemble à du Justin Bieber mélangé à du High School Musical mixé par David Guetta.... Interprété par la Star Ac'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/Spoon071
fenriz l'alcoolique
Membre expert
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1933
Age : 30
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   Mar 15 Fév - 18:31

J'avais pas vu ce topic tient.

J'avais lu une étude sur les gens qui téléchargent, et la plupart du temps ceux qui téléchargent beaucoup mais n’achète pas....n'achetait pas plus avant. Donc dire que c'est à cause du téléchargement illégal c'est comme dire que les ventes de bonbons diminue à cause des diabétiques Laughing .
De toute façon ça ne fait chier que les grosses maisons de disques, qui veulent se refaire une santé en produisant de plus en plus "d'artistes" et en augmentant les prix de ventes histoires de se faire un max de thunes en général.
Et aussi la faute des magasins de grandes distributions, comme les albums se trouvent partout, on peut les vendre cher vu que les gens ne cherchent plus, ils voient et ils achètent vu que tous les grand magasins vendent aussi cher. Heureusement il y a encore des cas particulier, comme le furet du nord de lille, qui vent ces CD (enfin metal surtout) à des prix raisonnables. Et surtout à part de rares exception, ça dépasse jamais 25€ pour un CD, alors qu'à la FNAC ça peut facilement monter à 30-35€.

Mais malheureusement comme le but de ces entreprises est juste de se faire de la thune, et pas de participer au développement de la musique ou de la culture, ça changera malheureusement pas avant qu'elles fassent faillite et qu'il y ai un nouveau système (et encore, si ça arrive un jour...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: État de l'industrie du disque US en 2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
État de l'industrie du disque US en 2010
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les émeutes de Londres ont fait une surprenante victime : l'industrie du disque
» Industrie du disque, mort du CD, Mp3 etc... Retour du vinyle...
» Status Quo Le Double Disque d'Or de Status Quo
» Disque dur: ATA ou SATA
» Un disque dur virtuel, ça existe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Rocker's Place :: Musique :: Actualité musicale-
Sauter vers: